Atos : Le Week-end de la dernière chance – Réunion Kretinsky/Layani qui vont causer Digital [Rumeur-blog]

 

Depuis qu’il a fait comprendre qu’il allait légèrement relever son offre tout en décrivant objectivement l’était d’Atos, qui est l’état d’une société au bord du dépôt de bilan, et ce serait presque un pléonasme de dire « description objective, puisque si ça n’était pas le cas, on ne serait pas en conciliation à trouver un refinancement de la dernière chance. Sauf que malgré l’expression utilisée était plus poétique que le dépot de bilan, à savoir « Atos est au bord de la falaise », ça a déclenché l’ire de Mustier et de Bourbouloux qui cependant ne s’offusquent absolument pas que le clan Layani se paie des publi-rédactionnels dans Les Echos pour allumer Kretinsky. Je ne l’invente pas, ci-dessous la preuve par l’image.

Or selon des rumeurs, Kretinsky serait prêt à offrir à Layani une porte de sortie honorable et les deux combattants devraient en débattre ce weekend lors d’une réunion de la dernière chance.

Kretinsky offrirait à Layani plutôt que de dépenser ses 250M€ dans un combat perdu, et qui de surcroit met sa société Onepoint en très grande fragilité, de définir un périmètre de Digital pour lequel Layani serait intéressé et qui correspondrait à 2 x 250M€, c’est-à-dire 500M€ de périmètre, la MOP de Digital hors Syntel étant de 4%, cela ne se vend guère plus que 0.5 x le chiffre d’affaires.

Dans ces discussions de la dernière chance, Regardons un peu le jeu de Layani  :

 

 

 

Le premier joueur a misé 60 000$ avec AS SEPT tout à carreau (possibilité de couleur avec As maitre)

 

Layani, plein de testostérone a immédiatement fait TAPIS (all in) en pré-flop avec AS ROI.

 

Selon les statistiques du logiciel il a 70% de chances de gagner.

 

Kretinsky n’a pas encore parlé.

 

Regardons son jeu.

 

 

Voilà donc ce que le tchèque va dire à Layani :

« David, reprenez votre mise et couchez-vous, j’ai une meilleure main que vous.

Si vous revenez à la raison, nous pouvons transformer l’accord commercial en cours en cession d’un périmètre de Digital avantageux pour vous, sachant qu’avec 250M€, vous imaginez-bien que vous ne pourrez avoir qu’une partie seulement de Digital et que cette partie correspondra selon le périmètre qui vous intéresse à un chiffre d’affaires entre 450M€ et 550M€. »

Nul ne peut prévoir la réaction de Layani. En ce moment, il doit tourner à des substances que l’on ne trouve pas en pharmacie, dormir 5h par nuit et carburer au Saint-Emilion qu’il affectionne particulièrement selon Challenges. Moi, niveau Saint-Emilion c’est Château Figeac ou rien. Le Saint-Emilion est devenu complètement galvaudé. Et en plus je suis plutôt Saint-Estèphe dans le viril ou Margaux dans le subtil et en particulier le Château Montrose. Mais depuis que cet âne de Parker lui a donné un 96/100 il est inabordable. Derrière, Martin Bouygues s’est pris à l’idée de le racheter et mettre des cuves Inox et chai pas quoi et le prix a été multiplié par 20. Je n’en ai plus bu depuis 10 ans. Je me contente du Chateau Lafont-Rochet. Et encore, les bonnes années où j’ai 3 sous de côté.

===

Kretinsky a donc les meilleurs les cartes en main. Son offre est entièrement financée, l’offre de Layani n’est toujours pas financée et le peu qui l’est à part les 30 ou 40M€ de Butler le sont à crédit.

Tant que les créanciers n’auront pas vu l’offre relevée de Kretinsky, aucun ne signera le moindre accord avec Layani et présenter son offre engageante sans avoir engrangé le support d’un seul créancier c’est pas glorieux. Après l’espoir fait vivre et il reste quelques jours, mais pour l’instant c’est plutôt Econocom et sa MOP inférieure à celle d’Atos qui tourne en boucle et Bouchard sur le retour de revivre une seconde jeunesse, mais sans sous-sortir…

Mustier, lui est suffisamment con pour n’avoir pas mis de pression sur les candidats et n’avoir pas mis de date limite au dépôt des offres, je vous rappelle que le 31 mai est une date inventée où Atos espère avoir choisi le repreneur mais pas une date limite de dépots des offres. Je vous rappelle que le DG France a décalé une réunion de présentation des offres du 21 mai au 5 juin.

Je soupçonne Mustier de vouloir convaincre Kretinsky de garder Paul Saleh jusqu’à la fin de la sauvegarde accélérée, ce que ne fera jamais Kretinsky. Son projet dans la lettre d’intention est clair, dès la signature de la sauvegarde, mise en place d’un CEO intérimaire (comprendre qui convienne aux deux parties). En ce moment Mustier recommence ses  imbécilités de janvier, la seule différence c’est qu’il n’est pas sur un bateau, et de vouloir contraindre Kretinsky à refuser cette demande. Or, je le cite l’entrepreneur tchèque :

« si l’on emploie la force contre moi, cela ne marche pas, jamais. Je préfère me battre et perdre ». DK.

D’ailleurs à ce sujet, le DEU qui est paru ce vendredi 24 est limpide. Alors qu’il fait référence à des éléments du début de la semaine, en ce qui concerne la rémunération de CEO de 2.4M€ (la rémunération de CFO est tenu secrête), de multiples clauses font part d’objectifs en 2024, 2025 et 2026. C’est une véritable provocation vis-à-vis de Kretinsky et comme  je l’ai dit à de multiples reprises on s’achemine tout droit vers un scénario à la Tarentino où tout le monde meurt à la fin.

Ou alors Mustier privilégie la proposition des banques qui est à un stade balbutian et veut leur laisser du temps compte un poste dans l’une d’entre elle…

Chaque jour qui passe va être sujet à une annulation de commande de clients. FedEx qui faisait 130M€ du CA de Syntel serait tombé selon la presse. Il va falloir attendre que Siemens, puis Johnson & Johnshon tombe pour que vous vous bougiez le cul Monsieur le président. Quant au vice-président dont on ne sait pas s’il est toujours en vie, le DEU vient de nous apprendre qu’il touche 200 000€ par an. En fait c’était juste pour avoir quelqu’un pour signer les papier durant sa transatlantique…

Mais côté annulation, même si ce serait loin de le réjouir, Kretinsky a les reins suffisamment solides pour encaisser. Layani avec AS ROI est en position très fragile, il ne pourra jamais tenir. Car un petit bout de la falaise qui se fissure, que ça plaise à Hélène et JP ou non, et c’est tout Atos qui tombe dans le précipice.

En plus, dans un dossier comme ça, tout peut arriver. Hélène Bourbouloux qui se croit dans un film de science-fiction tellement elle a jamais vu un duo P&DG bordélique à ce point à la tête d’une si grosse société, et peut-être tentée de se désister du dossier, estimant n’avoir pas les moyens d’accomplir sa tâche.

Layani peut continuer dans le même déni que Meunier en aout et Saleh en janvier. Kretinsky peut décider de continuer de jouer avec les nerfs des créanciers que le blog considère désormais que la date de non-retour étant presque atteinte, la probabilité la plus importante aujourd’hui est :

1/ Absence de reprise : 50% de chances, cessation de paiement suivi d’un redressement judiciaire pour vendre les actifs vendable et mise en liquidation au 2 janvier.

2/ Reprise par Kretinsky : 40%

3/ Reprise par Layani : 9%

4/ Reprise par les banques 1%, mais elles ne devraient pas déposer d’offre engageante et se retirer selon nous. Sauf si à l’issu de ce Week-End, Layani se retirait.

Hormis dans le cas 2/ Atos irait à la faillite au plus tard sous 18 mois, mais probablement bien avant.

Cette fois-ci, c’est bel et bien le Week-end de la dernière chance.

====

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER. Cliquez ici. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Nous utilisons un pluggin officiel WordPress agréé CNIL.

======

Si vous avez subi d’énormes pertes sur Atos, sachez qu’une action en réparation est en cours de constitution sur le site Upra.fr (l’Union Pour la Réparation des Actionnaires), pour recouvrer une partie de vos pertes par voie de justice. Cette action sera totalement gratuite pour les plaignants car nous la ferons financer auprès de fonds spécialisés qui prendront un pourcentage en rémunération et l’UPRA ne vous demandera aucun paiement ni cotisation ou autres. À ce jour, plusieurs fonds ont fait part de marques d’intérêts, mais nous n’avons pas encore de réponse définitive. La réponse dépendra du nombre de personnes pré-inscrits et des comptes audités 2023.

Afin de ne pas déstabiliser la société, cette action ne visera ni Atos, ni ses dirigeants ou ex-dirigeants, mais uniquement ses auditeurs (commissaires aux comptes) en particulier DELOITTE supposé être le n°1 mondial de l’audit, mais que l’UPRA soupçonne avoir été très complaisante vis-à-vis d’Atos avec les règles comptables en vigueur, et leur reproche d’avoir fait manquer une chance aux actionnaires de ne pas acheter l’action quand elle était surcotée vis-à-vis de sa réelle valeur et d’avoir fait manquer une chance d’avoir vendu, quand la société s’effondrait et que la comptabilité ne reflétait pas cet effondrement, en particulier une absence totale de dépréciation d’actifs en 2022.

Je rappelle qu’à la publication d’un jugement qui dirait le contraire, Deloitte est supposé avoir certifié les comptes d’Atos de manière totalement sincère, et l’avis exprimé ci-dessous est l’avis de l’UPRA uniquement et reste à l’état de soupçons tant que nos preuves n’auront été validé par un juge.

Pour des raisons de coûts de procédure, elle est réservée aux personnes ayant subi des pertes supérieures à 10 000€, sinon les coûts judiciaires, avocats, expertises, etc… en millions d’euros seraient supérieurs à la perte et ne seraient pas rentables pour le fonds qui financera ce recours. Soyez assuré qu’il ne s’agit pas de snobisme, mais réellement de contraintes financières.

www.upra.fr