Le ministère de l’économie s’invite dans la restructuration d’ATOS via le CIRI [BFM Business]

Le blog est désormais assez en consensus avec Matthieu Pechberty, puisque deux heures avant cet article vidéo, nous avons annoncé que pour le blog suite au crash obligataire sur les emprunts Atos, désormais le dossier prenait définitivement une tournure du dossier Casino. Qui sait, d’ailleurs si Kretinsky avec un Atos débarrassé de BDS ne va pas faire un Casino bis avec une offre de reprise sur le groupe via une conciliation. Mais dans ce cas il resterait à peine 1€ pour les PP. Ceci est une parenthèse blog et n’émane pas de BFM

Une réunion cruciale entre le groupe et ses banques a eu lieu mardi. Le comité interministériel de restructuration industrielle, sous l’égide de Bercy, sera désormais autour de la table des négociations.

Cette fois, l’État prend en main le dossier Atos. Selon nos informations, la direction du Trésor a pris part mardi à une réunion importante entre le groupe de services informatiques et ses banques. Sa cellule spéciale dédiée aux entreprises en difficulté, le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri), était présente par l’intermédiaire de son numéro deux, le secrétaire général adjoint Julien Bracq.

« C’est la preuve que cette fois, l’État ne fait plus que surveiller le dossier mais s’y implique », explique une source proche du dossier.

Avec le Ciri aux manettes, la restructuration d’Atos se précise. Lors de cette réunion mardi, le groupe devait faire un point détaillé sur ses besoins de financement et de capital. Il cumule 4,8 milliards d’euros de dettes dont une ligne de crédit de 1,5 milliard qui doit être remboursée d’ici un an. Il est question de prolonger son échéance de deux ans, jusqu’en 2027. En contrepartie, les banques souhaitent que ce nouveau prêt soit adossé aux filiales opérationnelles d’Atos.

Le groupe doit aussi présenter à ses banques, ses besoins en capital. Selon nos informations, il serait question d’un besoin en cash d’environ 300 millions d’euros, contre une augmentation de capital de 900 millions d’euros annoncée l’été dernier.

Renflouement et démantèlement

Le groupe ajouterait des cessions d’actifs au-delà des 400 millions d’euros déjà prévus. Il est aujourd’hui en discussion pour vendre ses activités historiques de gestion de parcs informatiques à l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky. Il discute également avec Airbus pour lui céder ses activités de supercalculateurs et de cybersécurité (BDS) pour un peu plus d’un milliard d’euros

Selon une source proche du dossier, Atos souhaite aussi demander à ses banques des garanties financières, d’environ 500 millions d’euros, pour couvrir les éventuelles pénalités sur des contrats mal exécutés. Les principaux créanciers d’Atos sont les grandes banques françaises comme BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et CIC ainsi que des grandes européennes comme Santander et Barclays.

La renégociation de ses échéances bancaires, sous l’égide du Ciri, associée à une possible entrée en procédure judiciaire ressemble à s’y méprendre à la lourde restructuration de Casino.

Matthieu Pechberty – Journaliste BFM Business

====

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER. Cliquez ici. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Nous utilisons un pluggin officiel WordPress agréé CNIL.

 

 

 

Be the first to comment on "Le ministère de l’économie s’invite dans la restructuration d’ATOS via le CIRI [BFM Business]"

Leave a comment