The Big Bang ou plutôt The Big Crunch ? (CFE-CGC ATOS)

 

La CFE-CGC ATOS s’offusque (à juste titre) d’avoir apris l’AK d’Eviden SA par le journal LE MONDE le mardi 2 août à 7h.

La CFE-CGC a constaté une annonce des résultats le 27 juillet suivie le lendemain le 28 juillet d’une action qui dévisse de 21,95% à 11,38€ et qui continue de plus belle le lundi 31 à -13,79% pour atteindre 9,72 euros.

Et la Bourse saute de joie ! ci-dessous l’historique de clôture. (source Boursorama)

(Et plus bas l’historique sur 10 ans)

Atos prend-elle le chemin d’EuroTunnel qui monta à environ 80 euros avant de retomber en 2003 criblée de dettes avec une cotation à 1,03 euros ? L’avenir nous dira les conséquences des décisions irrévocables du Conseil d’Administration d’Atos, mais pour l’instant on a des doutes !

Alors que Le Monde du mardi 1er août annonce la vente des activité historiques d’Atos, la direction convoque les salariés par mail le 2 août pour « une réunion d’information » sic !

Chacun appréciera à sa juste valeur la considération de l’entreprise pour ses salariés.

Le Monde publie donc (c’est bien d’être informés par la presse !) « la confirmation du projet de cession de ses activités historiques d’infogérance au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky (*) – actionnaire indirect du Monde – , valorisées à 2 milliards d’euros. L’entreprise se recentrera autour des activités de cybersécurité, cloud et supercalculateurs et prendra le nom d’Eviden, l’une des filiales du groupe. »

NDLR : pour « activités historiques d’infogérance » il faut comprendre « l’intégralité de Tech Foundations ».

Encore soumise à l’approbation des actionnaires lors d’une future Assemblée Générale Extraordinaire, la transaction « devrait être achevée au quatrième trimestre 2023 ou au premier trimestre 2024 ». L’opération aura « un impact positif net » sur la trésorerie du groupe de 100 millions d’euros, a précisé Atos dans un communiqué qui prévoit également de lancer une augmentation de capital de 900 millions d’euros.

(NDLR : et Atos d’oublier de dire qu’EVIDEN portera 1,9 milliards d’euros de dette).

Ensuite ATOS SE sera renommé EVIDEN SE (et ne devra plus faire aucune référence à Atos).

ATOS précise de son côté que « cette opération globale a reçu le soutien unanime du Conseil d’Administration d’Atos et sera soumise à l’approbation des actionnaires lors d’une Assemblée Générale Exceptionnelle ad-hoc qui sera annoncée au quatrième trimestre 2023 »

Cela signifie qu’il ne sera plus nécessaire d’introduire Eviden en Bourse qui l’est déjà (vu que ATOS-SE s‘appellera EVIDEN-SE).
En conséquence les actions Atos actuelles deviendront des actions Eviden, ce qui implique qu’Eviden himself ! garde pour l’instant le même Conseil d’Administration et donc le même président.   CQFD !!!

D’un autre côté, Tech Foundations sera cédé et continuera sous le nom Atos. Ce nouvel ATOS ne sera donc pas introduit en bourse vu que le propriétaire sera le fonds d’investissements EPEI.

Au passage la CFE-CGC a bien remarqué ce 1er août que la presse a communiqué des informations à 8h avant que le SEC (Comité Européen) ne soit informé. Cela s’appelle un délit d’entrave ou l’on n’y comprend rien !

La CFE-CGC a également bien compris que l’un des 2 administrateurs salariés (**) issu de la 1ère Organisation Syndicale d’Atos en France a voté favorablement toutes les décisions du Conseil d’Administration. On peut dès lors légitimement s’interroger sur sa valeur ajoutée à défendre les intérêts des salariés dans leur ensemble. (et au passage de la RSE)

La CFE-CGC a encore bien noté que pendant la call organisée le 2 août 9h30 par la direction France il a été dit que « C’est une bonne nouvelle pour ATOS et EVIDEN dans la mesure où c’est l’aboutissement du projet de scission ».

Message difficile à entendre vu le peu de conviction et d’enthousiasme de notre interlocuteur.

Or pour la CFE-CGC il faudrait plutôt s’interroger sur CE QUI A CONDUIT à ce projet de scission…

  • Rappelons-nous la vente de Worldline, l’une de nos activités les plus bankables pour financer notamment l’achat de SYNTEL pour près de 3 milliards d’euros (condamné ensuite pour un vol de propriété intellectuelle aux US) et une alerte des commissaires aux comptes faisant plonger les actions Atos.
  • Rappelons-nous la communication sur l’achat de DXC pour 10 milliards de dollars qui a refait plonger la bourse.  (Connaissez-vous la fable sur la grenouille et le bœuf de Jean de la Fontaine ?).
  • Rappelons-nous aussi de la sortie d’Atos du CAC40, comme le plus mauvais élève. (le 1/08/23 Atos devient la lanterne rouge du SBF 120).
  • Rappelons-nous encore l’annonce récente de la vente d’Ecoact, pourtant jugée acquisition ‘stratégique’ pour le RSE il y a 2 ans, et que personne n’a comprise.

Et maintenant on nous annonce « qu’on déroule le plan comme prévu et que c’est une bonne nouvelle » sic !

Finalement, l’origine d’un projet de scission de l’entreprise n’est-elle pas représentative d’un problème initial de gouvernance de l’entreprise ? Sûrement pas ! « MERCI PATRON ! » (Air connu)

D’ailleurs au sujet du Free Cash Flow négatif de 969 millions d’euros on peut se demander où le cash est parti et comment la direction a réussi à se vanter de bons résultats sur H1 2023 !

La CFE-CGC comme les salariés pense que « LE PLAN » organisé depuis 2019 est une succession de catastrophes !

Et maintenant on nous dit que la France ne serait pas touchée par des mesures sociales, c’est rassurant ! D’autant qu’on ne sait pas vraiment si c’est inscrit dans « LE PLAN » ! (Humour)

Une petite cerise sur le gâteau ? :

Le 1 novembre 2019 M STELTER est nommé DAF du groupe Atos. Mai 2022 M. LHOPITEAU devient DAF du Groupe Atos, mi 2022 M. LHOPITEAU quitte le groupe et est remplacé par Madame SENECHAULT nouvelle DAF du Groupe Atos, qui elle-même quitte le groupe le 1/08/2023 et on nous annonce l’arrivée de M SALEH.

Si la situation n’était pas si dramatique nous en ririons. Mais cela démontre clairement les failles du Conseil d’Administration et des directions successives, bref un lourd problème de gouvernance.

Qui paie les pots cassés dans l’histoire ?        – En tout cas, PAS le Conseil d’Administration –

(*) en fait il s’agit de EP Equity Investment ( » EPEI « )

(**) l’autre Administrateur salarié est Bulgare.

 

 DONNEES HISTORIQUES DES ACTIONS SUR 10 ANS (Source Boursorama)

===

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez vous à notre NEWSLETTER, y compris pour les membres du forum qui part défaut ne reçoivent pas la Newletter.

L’espace inscription est sur page d’accueil en haut de la colonne de droite, juste sous le price-ticker de l’action (sur la version PC du blog).  Vous pourrez vous désincrire à tout moment.

 

Be the first to comment on "The Big Bang ou plutôt The Big Crunch ? (CFE-CGC ATOS)"

Leave a comment