Atos : Daniel Kretinsky revient à la charge, l’échéance décalée [LES ECHOS]

COPYRIGHTS  LES ECHOS –

A quelques heures du conseil d’administration d’Atos mercredi soir, l’homme d’affaires tchèque a formulé une nouvelle offre pour reprendre l’avantage auprès des créanciers. Le groupe a repoussé son choix final en début de semaine prochaine.

Par Anne Drif

Publié le 6 juin 2024 à 07:48Mis à jour le 6 juin 2024 à 10:10
.
Nouveau coup de poker de Daniel Kretinsky dans le sauvetage d’Atos. Mercredi soir, à l’issue du conseil d’administration de l’ex-fleuron informatique, ses 95.000 salariés s’attendaient à être enfin fixés sur qui de l’homme d’affaires tchèque ou de leur premier actionnaire David Layani prendrait les rênes. Peine perdue.
Le milliardaire a déposé une nouvelle offre, et après d’intenses négociations et coups de pression entre ses alliés, le fonds Attestor et BNP Paribas, les autres créanciers et le géant informatique, le conseil d’administration a reporté sa décision finale au début de la semaine prochaine. «La conciliatrice a requis un délai supplémentaire afin de maximiser le soutien des créanciers financiers de la société en faveur de leur proposition privilégiée», déclare Atos dans son communiqué, sans référence à la nouvelle proposition de l’homme d’affaires tchèque. Le choix final n’interviendra donc pas avant les élections européennes.

Cette fois Daniel Kretinsky a fait une concession sur ce qui faisait office de ligne rouge : donner accès au capital aux créanciers. L’homme d’affaires tchèque leur promet de leur donner jusqu’à 20% d’Atos. L’objectif est d’attirer les hedge funds qui ont racheté de la dette avec une décote ces derniers mois et qui en général réalisent leur plus-value finale en la convertissant en du capital, puis en revendant leurs titres.

Mais Daniel Kretinsky pose ses conditions : cela supposerait qu’il ait lui-même généré un certain niveau de plus-value. Certains évoquaient hier deux fois sa mise. Réussira-t-il avec cette nouvelle offre à diviser le camp d’en face qui s’est rallié, côté obligataires, à David Layani ? «C’est de la poudre aux yeux, il donne d’une main ce qu’il reprend de l’autre», critiquait-on chez les créanciers mercredi soir.

Entre David Layani et Daniel Kretinsky, le bras de fer est total. La barre est haute : in fine c’est à celui qui rassemblera les deux tiers des votes des porteurs de 4,8 milliards d’euros dette qui l’emportera.

Coude-à-coude

A ce stade, l’homme d’affaires tchèque peut compter formellement sur les soutiens d’Attestor, de BNP Paribas, et dit-on aussi de la bienveillance du CIC (Crédit Mutuel), côté banques françaises. Dans sa dernière proposition, il leur promet jusqu’à 3 milliards d’euros à terme sur les produits de vente d’actifs (digital et actifs sensibles), si leur valeur de cession atteint un niveau élevé.

En face, David Layani a signé un accord avec un noyau d’obligataires -représentés par DE.Shaw, Boussard & Gavaudan, Tresidor Syqant, SPG, Fidera mais aussi Blackrock et AG2R La Mondiale- qui a le soutien de 60% de ces créanciers pesant la moitié de la dette totale d’Atos (2,4 milliards d’euros). Un pourcentage qui monterait à 80% en incluant la quote-part de la Banque centrale européenne, le premier créancier d’Atos, met en avant David Layani dans son offre publiée lundi.

Le patron de OnePoint aurait aussi des soutiens parmi les banques internationales que compte Atos – Barclays, JP Morgan, Commerzbank et ING- et qui pèsent 60% de l’autre moitié de la dette du géant informatique.

Il les assure d’écraser moins de dette, environ 60% (2,9 milliards d’euros), là où Daniel Kretinsky veut en faire disparaître au moins 70% (3,4 milliards d’euros), voire plus. Et il leur promet que leur retour sera supérieur à celui de Daniel Kretinsky, avec une part au capital bien supérieure à la sienne.

Mais ces appuis n’ont pas suffi encore à dégager une ligne de partage nette entre lui et le milliardaire tchèque aux yeux d’Atos.

Anne Drif

=====

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER. Cliquez ici. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Nous utilisons un pluggin officiel WordPress agréé CNIL.

=====

Si vous avez subi d’énormes pertes sur Atos, sachez qu’une action en réparation est en cours de constitution sur le site Upra.fr (l’Union Pour la Réparation des Actionnaires), pour recouvrer une partie de vos pertes par voie de justice. Cette action sera totalement gratuite pour les plaignants car nous la ferons financer auprès de fonds spécialisés qui prendront un pourcentage en rémunération et l’UPRA ne vous demandera aucun paiement ni cotisation ou autres. À ce jour, plusieurs fonds ont fait part de marques d’intérêts, mais nous n’avons pas encore de réponse définitive. La réponse dépendra du nombre de personnes pré-inscrits et des comptes audités 2023.

Afin de ne pas déstabiliser la société, cette action ne visera ni Atos, ni ses dirigeants ou ex-dirigeants, mais uniquement ses auditeurs (commissaires aux comptes) en particulier DELOITTE supposé être le n°1 mondial de l’audit, mais que l’UPRA soupçonne avoir été très complaisante vis-à-vis d’Atos avec les règles comptables en vigueur, et leur reproche d’avoir fait manquer une chance aux actionnaires de ne pas acheter l’action quand elle était surcotée vis-à-vis de sa réelle valeur et d’avoir fait manquer une chance d’avoir vendu, quand la société s’effondrait et que la comptabilité ne reflétait pas cet effondrement, en particulier une absence totale de dépréciation d’actifs en 2022.

Je rappelle qu’à la publication d’un jugement qui dirait le contraire, Deloitte est supposé avoir certifié les comptes d’Atos de manière totalement sincère, et l’avis exprimé ci-dessous est l’avis de l’UPRA uniquement et reste à l’état de soupçons tant que nos preuves n’auront été validé par un juge.

Pour des raisons de coûts de procédure, elle est réservée aux personnes ayant subi des pertes supérieures à 10 000€, sinon les coûts judiciaires, avocats, expertises, etc… en millions d’euros seraient supérieurs à la perte et ne seraient pas rentables pour le fonds qui financera ce recours. Soyez assuré qu’il ne s’agit pas de snobisme, mais réellement de contraintes financières.

www.upra.fr

 

 

Be the first to comment on "Atos : Daniel Kretinsky revient à la charge, l’échéance décalée [LES ECHOS]"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*