Atos : Kretinsky offrirait 20% du capital aux créanciers sous forme de warrants [Brève-blog]

 

Selon BFM Business, Daniel Kretinsky aurait de nouveau amélioré son offre pour trouver un consensus et offrirait 20% du capital d’Atos post dilution sous forme de warrants. C’est-à-dire que cette participation au capital serait sous forme d’option à terme dont le strike serait sous forme de réalisation d’objectifs.  Cette absence de participation au capital était à vrai dire la principale lacune de l’offre Kretinsky, mais surtout pour les rêveurs qui imaginaient qu’au bout de 2/3 ans Atos, ce serait la martingale.

En l’occurrence, il y aura le facteur temps, à savoir que cette option sera excerçable probablement en 2028 et sous réserve que le business plan suggéré par Atos sera réalisé.

Bien sûr, la capitalisation boursière pourrait être secondaire si Atos est retirée de la côte, donc les objectifs seraient probablement un mix de marge opérationnelle, d’EBIDTA et de date de reprise du dividence. Néanmoins, on peut imaginer qu’il n’y aura pas de demi-mesure, soit le pari réussi, soit il échoue. S’il réussit, on peut imaginer qu’en 2028 la valorisation d’Atos serait autour de 3Md€ et donc ces 20% représenteraient 600M€, donc une conservation de la dette total de 2200M€ (1600M€ + 600M€) , soit presque 50%.

David Layani lui propose plus, 75% du capital, mais si l’affaire capote, risque très réel avec un management inexpérimenté à ce niveau de CA, ils auront touché zéro et perdu 100% de leur créance car il ne restera pas assez de collatéral.

Le point de marché de ce jeudi matin devrait donc simplement actualiser les deux nouvelles offres.

En plus de ce dernier geste côté Kretinsky pour accélérer le dénouement, Hélène Bourbouloux a eu une idée très subtile, afin de détecter s’il y a une vraie hostilité à Kretinsky comme les créanciers l’ont manifesté certains créanciers, ou juste du bluff pour faire monter le prix de Kretinsky. Elle leur a demandé de choisir le candidat pour qui ils votent et s’ils rejetteraient l’autre candidat si le candidat pour lequel ils ont voté n’était pas choisi.

Si les créanciers, comme je le pense, bluffent et veulent juste que Kretinsky améliore son offre, s’ils indiquent qu’ils voteront contre l’offre Kretinsky ce serait fini pour Kretinsky donc ils auraient avec certitude Layani et vous connaissez ma théorie, ils ne veulent pas de Layani mais de Layani en temps que lièvre pour Kretinsky. Enfin quand je dis Layani, je veux dire les créanciers et Layani comme Anchor investor.

Pour l’instant seule la BNP a indiqué qu’elle voterait contre Layani, mais coté partisans de Layani, seul 50% des créanciers ont dit qu’ils voteraient contre Kretinsky dans un courrier à Bercy, mais il s’agissait d’un courrier non engageant d’une part, alors que le courrier d’Hélène Bourbouloux sera engageant, deuxio il s’agissait de la toute première offre de Kretinsky et tertio cela concernait seulement 40% des obligataires soit 20% des créanciers.

Si après ce dernier geste de Kretinsky, les créanciers obligataires continuaient à refuser son offre, et ben ces pleureuses mériteront leur perte car l’offre Layani ne passera pas un an avant que la boite coule.

Ça n’est jamais arrivé dans l’histoire industrielle française qu’un si petit prédateur rachète une si grosse proie. J’ai eu l’honneur d’avoir la confidence de Bernard Bourigeaud sur ce qu’il pensait de David Layani en tant que redresseur d’Atos. Les deux seules personnes qu’il a critiquées sans réserves, ce qui est rare, tout le monde connaissant ses qualités humaines, étaient Bertrand Meunier et David Layani.

Ce qui me désole le plus c’est que Mustier n’arrive pas à trancher et qu’il est en train d’amener doucement Atos vers le dépôt de bilan…  Normalement l’intérêt social était en n°1 et les créanciers en avant-dernier. Là se parjure en oubliant complètement l’intérêt social. De toute façon il se tape complètement d’Atos, la seule qui a les pieds sur terre c’est Hélène Bourbouloux, car elle, a compris que le dépôt de bilan était tout proche.

=====

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER. Cliquez ici. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Nous utilisons un pluggin officiel WordPress agréé CNIL.

=====

Si vous avez subi d’énormes pertes sur Atos, sachez qu’une action en réparation est en cours de constitution sur le site Upra.fr (l’Union Pour la Réparation des Actionnaires), pour recouvrer une partie de vos pertes par voie de justice. Cette action sera totalement gratuite pour les plaignants car nous la ferons financer auprès de fonds spécialisés qui prendront un pourcentage en rémunération et l’UPRA ne vous demandera aucun paiement ni cotisation ou autres. À ce jour, plusieurs fonds ont fait part de marques d’intérêts, mais nous n’avons pas encore de réponse définitive. La réponse dépendra du nombre de personnes pré-inscrits et des comptes audités 2023.

Afin de ne pas déstabiliser la société, cette action ne visera ni Atos, ni ses dirigeants ou ex-dirigeants, mais uniquement ses auditeurs (commissaires aux comptes) en particulier DELOITTE supposé être le n°1 mondial de l’audit, mais que l’UPRA soupçonne avoir été très complaisante vis-à-vis d’Atos avec les règles comptables en vigueur, et leur reproche d’avoir fait manquer une chance aux actionnaires de ne pas acheter l’action quand elle était surcotée vis-à-vis de sa réelle valeur et d’avoir fait manquer une chance d’avoir vendu, quand la société s’effondrait et que la comptabilité ne reflétait pas cet effondrement, en particulier une absence totale de dépréciation d’actifs en 2022.

Je rappelle qu’à la publication d’un jugement qui dirait le contraire, Deloitte est supposé avoir certifié les comptes d’Atos de manière totalement sincère, et l’avis exprimé ci-dessous est l’avis de l’UPRA uniquement et reste à l’état de soupçons tant que nos preuves n’auront été validé par un juge.

Pour des raisons de coûts de procédure, elle est réservée aux personnes ayant subi des pertes supérieures à 10 000€, sinon les coûts judiciaires, avocats, expertises, etc… en millions d’euros seraient supérieurs à la perte et ne seraient pas rentables pour le fonds qui financera ce recours. Soyez assuré qu’il ne s’agit pas de snobisme, mais réellement de contraintes financières.

www.upra.fr

 

 

 

Be the first to comment on "Atos : Kretinsky offrirait 20% du capital aux créanciers sous forme de warrants [Brève-blog]"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*