PARTIE 1 : Pourquoi tant de haine contre Atos ? [Article-blog] + extrait call Paul Saleh

 

J’ai décidé de faire cet article, car je reste incompris par une majorité d’entre vous.

Émotionnellement ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, mais intellectuellement ça me contrarie car cela veut dire que j’ai été mauvais, car je n’ai pas été pédagogique si je ne vous ais pas convaincu qu’Atos va très mal et qu’il faut rester à l’écart de l’action tant que la société n’aura pas été restructurée via une sauvegarde et sa dette réduite de 70% via une conciliation et conversion de dette en actions, SEUL ET UNIQUE MOYEN de sauver une société qui ne dégage pas de FCF donc n’a aucune possibilité de convaincre des prêteurs. Je rappelle qui faudrait environ, même après la vente de BDS, plus de 30 ans pour rembourser la dette !!

Pour être plus pédagogique, j’ai décidé de discloser en fin d’article un nouvel extrait du call de Paul Saleh où il informe 700 cadres de dépréciations massives à venir sur les goodwill, dépréciation qui vont porter la perte nette au strict minimum à 2.5Md€.

Certes il n’utilise pas le terme « massive », mais compte tenu des calculs réalisé par moi-même et plusieurs membres et compte tenu qu’il va mettre tout cela sur le dos de Meunier et Sénéchault et sur le prédécesseur de Sénéchault, voire remonter jusqu’à Breton; autant vous dire qu’il va passer la paille de fer, et si c’est l’usage en en France en cas de changement de management, ça l’est encore plus dans la mentalité anglo-saxonne où l’on préfère charge à mort les dépréciations quitte à faire des rappels de provisions l’année d’après afin de présenter des résultats flatteurs sur la période suivante. J’ai l’absolue certitude que Belmer voulait déprécier beaucoup plus sur l’exercice 2021, mais qu’il en a été empêché par Meunier car cela aurait porté la perte à 4Md€.

Je n’ai la certitude que Paul Saleh va déprécier 100% du Goodwill perdu, mais au minimum 80% du goodwill perdu et conservé à dessein mais illégalemente par Meunier, et que Paul Saleh ira peut-être jusqu’à 110% de dépréciation, c’est-à-dire qu’il se réserverait la possibilité de faire des dépréciations supplémentaires de précaution, pour pouvoir enregistrer dans le futur des reprises de dépréciations et créer artificiellement du résultat, encore une fois pratique ultra-courante aux USA de charger voir plus qu’il n’en faut le prédécesseur.

Donc même si je vais essayer d’être plus pédagogique, pour ceux qui me croient « mythomanément » à tort dans LA HAINE, j’ai la confiance des gens du métier, les connaisseurs, analystes et journalistes qui me consultent 2 à 3 fois par an. Et surtout j’ai la confiance de très nombreux salariés d’Atos, qui me connaissent et savent ce que j’ai tenté pour essayer naïvement de sauver Atos. Donc ça me suffit. Petit à petit vous comprendrez que ces articles que vous jugez trop négatif étaient pour vous mettre en garde afin d’éviter que vous subissiez le même sort que les actionnaires d’Orpéa puis Atos.

Je rappelle que la direction d’Orpéa lorsque l’action était à 5€ avait dit dans une phrase assez similaire à celle de Mustier, que les petits porteurs allaient être sacrifiés et que le cours actuel ne représentait pas du tout la dilution à venir. Donc le but de mes articles est au contraire de protéger les petits porteurs naifs qui croient encore à une remontada et vont se faire plumer…

Que des ignares membres Boursorama avec une connaissance des marchés boursier niveau école primaire me fassent des critiques, aussi acerbes soient-elles, me laisse dans une indifférence condescendante totale. Je sais que je suis dans le vrai et des personnes bien informées me le rappellent tous les jours.

J’ai eu le tort par le passé de me laisser aller à mon émotion et à répondre à ces critiques stériles sans fin, et répondre, cela veut dire me justifier et je n’ai pas à me justifier. Tous les articles encore en ligne montrent que j’avais prévu ce qui arrive depuis le 28 juillet.

Et même bien avant. Aujourd’hui, on sait que c’est le pool bancaire qui a forcé Atos à vendre TFCo, mais c’est très récent. Or dès le 4 juillet j’écrivais un article « ATOS SOUS LA TUTELLE DES BANQUES« .

Les nombreux remerciements de très nombreux membres sortis à 11€, à 10€, à 8€, voir à 6€. Les remerciements de notre membre Grec Jim à qui j’ai un peu forcé la main pour vendre ses 40 000 actions le 28 juillet à 12€,… les remerciements de Mohamed ex-secrétaire de l’Udaac sorti à 7€… me suffisent à me rassurer sur la qualité de mes analyses depuis le 28 juillet.

Car dussé ma modestie en souffrir depuis le 28 juillet, j’ai quasi-raison sur tout sur Atos. C’est aussi pour cela que le téléphone sonne souvent…

J’ai dit que dans 6 à 8 mois l’action sera sous les 1€ et elle le sera, il n’y a même pas l’ombre d’un doute. Au pire aurais-je raison avec quelques mois de retard.

Certains dans ce forum, sont plus modérés et reconnaissent que j’ai eu raison dans mes recommandations par le passé, même si l’imprévue et imprévisible prise de participation de David Layani de 11.4% à retardé de 2 mois le touchage du seuil des 3.50€; mais me disent « que tu aies une certaine réussite, certes, mais je ne comprends pas ton acharnement contre Atos, c’est comme si tu avais de LA HAINE contre ATOS.

J’espère que même les plus jeunes d’entre vous auront compris la référence au film culte éponyme via la photo d’illustration.

De la haine. Pfffff…. que d’idioties… On peut avoir même passé cinquante ans encore des idéaux de justice et de lutte contre le mensonge et la désinformation. Tout ce que fait Atos depuis 4 ans.

Si Atos n’avait pas menti, pensez-vous que des actionnaires ayant initié une position à 60 se seraient renforcés à 40€ puis à 20€ puis à 10€, puis à 5€…

De la colère, bien évidemment que j’ai de la colère contre Atos. Comme vous tous j’ai fait des moins values sur Atos. Je défie quelqu’un de ne pas être en moins-value sur Atos, excepté ceux qui ne l’utilisent qu’à des fins de trading.

Je me suis renforcé à une époque à 14€, j’ai mis des stops et je suis sorti je ne sais plus à quel prix, 12€ je crois, et ça 3/4 fois sur 18 mois, je ne souhaite pas dire le chiffre, mais nettement plus que 10 000€  de moins-values.

Oui une grosse colère car pris des décisions d’achat ou de vente sur des infos trompeuses, monsongères voir de possibles fraudes comptable.

Et là, au moment où certaines personnes croyaient à tort à cause d’injonctions AMF on nous sort des faux contracts de 2.8Md€ sortis de :

Donc 4 personnes, deux ex Atos et trois salariés Atos m’ont expliqué que c’était pipot total et que ce chiffre pouvait être de 2.8 Md€ comme 280M€ et qu’il m’ont tous confirmé qu’il s’agissait de pure propagande

 

Mais de la haine où avez-vous vu ça ??

Ai-je dis qu’il fallait passer le Comex par les armes ? Ai-je souhaité que Atos coule ?  J’ai créé SEUL, l’Udaac le 2 aout pour sauver Atos. Messieurs les mauvais perdants, ceux qui ont refusé de sortir, c’est vous qui êtes aveuglé de haine par vos moins values.

En 1958 lors d’un interview télévisé, De Gaulle disait « on me dit qu’à 65 ans je voudrais faire une carrière de dictateur alors que j’ai rétabli les libertés en France ».

Très loin de moi l’idée de me comparer à De Gaulle, si ce n’est parfois le plaisir d’avoir raison contre tous, mais pourquoi aurais-je, le 2 aout dernier, révolté par la spoliation de TFCo et le dépaçage du groupe avec la vente d’EcoAct et d’autres actifs annoncée, créé le 2 aout l’Udaac et tenté de fédérer des centaines d’actionnaires pour sauver Atos si j’avais de LA HAINE contre Atos. Soyons sérieux 5 minutes, ça n’a pas de sens. Au pire j’ai une très forte animosité contre ceux à la tête d’Atos qui font n’importe quoi et mentent à longueur de journée…

Je ne veux pas que Atos soit sacrifiée, je ne veux pas qu’Atos soit dépecée pour gagner juste un an dans la restructuration de la dette qui est inévitable. Et on ne restructure pas un dette autour d’un café, il faut un arbitre, donc un conciliation, suivie d’une sauvegarde accélée et dans le cas d’Atos, les premières échéances étaient à 10 mois, la sauvegarde peut durer seulement 2 mois.

Je veux qu’Atos reste tel qu’elle, que les PP quittent le navire rapidement et tant pis pour ceux qui ne seront pas sortis, ils n’avaient qu’à prendre des ETF ou du LVMH. On est pas au Kinder Garden. On est en bourse. Je ne pleure pas pour vous Monsieur Lecesne le millionnaire si vous avez perdu 1/4 de votre patrimoine. Ni pour toi François, je suis désolé, j’ai bien eu ton mail et je t’y ai répondu. Ton expérience ne te donnait aucune excuse de ne pas être sorti à 8€. Mais ton chemin de croix fait que je te pardonne des mots durs que tu as eu à propos de cette fameuse « haine ».

===

Aujourd’hui la haine est très loin de mon esprit. Mais je n’en fait pas secrêt, ma colère présente au quotidien, oui, et mon seul but est de vous expliquer qu’Atos a menti, et continue à mentir, chaque semaine, telle l’escroquerie intellectuelle du pseudo « contrat exceptionnel Microsoft » et du très faux prévisionnel de 2.8Md€, alors qu’on est simplement en présence d’un contrat type basique… comme Microsoft en signe tous les jours, et que j’essaie avec mes petits moyens d’être un contre-pouvoir et de vous montrer qu’il y a quasi systématiquement un mensonge dans chaque communiqué Atos, un mensonge dans chaque call d’un dirigeant.

Yannick Tricaud qui félicite ses troupes d’avoir « explosé » Sopra et Cap et Accenture, avec 3 points de croissance en plus, mais avec une MOP de 4% là où les « explosés » font plus de 10% de MOP. Dire que le DG France confond CA et bénéfice, est-ce de la haine ou simplement dénoncer que la gouvernance a gardé encore de très nombreux managers incompétents recrutés par Elie Girard ou Meunier lui-même. Est de la haine de montrer qu’un des 9 membres du Comex confond CA et bénéficie avec la preuve par l’image ?

Croyez-vous que ça me fasse plaisir qu’un financier incompétent et frauduleux soit remplacé par deux financiers qui n’y connaissent guère plus que lui et décident de vendre BDS simplement parce qu’ils ont zéro autre choix possible ou le dépôt de bilan.

Oui, je suis en colère mais sans haine, ce n’est pas mon argent, que des actionnaires naifs croient en Mustier et Saleh et non pas compris que c’était bis répétita. Régularisation des irrégularités comptables de Meunier mais même mensonges que Meunier sur la situation financière. Aggravation de la dette de 4700Md€ à 5870Md€, suite à un affacturage systématique au T4 pour compenser le brulage de cash suite à l’arrêt du reverse factoring. On devrait donc se retrouver avec quasi zéro créances clients.

Yves Bernaeart était un mou, pas fait pour une situation de crise, mais il avait compris des choses qui seraient trop longues à expliquer, raison pour laquelle il a démissionner. Raisons que je sais et sur lesquelles je souhaite garder mes petits secrets, car de toute façon nombre d’entre vous ne me croient toujours pas, et continuent à penser lapereaux de 3 semaines à une fameuse haine que je porterais à Atos. À ceux-là, je dis ne venez pas vous plaindre quand l’action passera sous 1€.

CA fait 4 ans que Meunier ment au marché comme un arracheur de dents. Lors de la création de l’Udaac, j’avais choisi Sophie Vermeille comme conseil, tout d’abord parce que c’est une avocate dure au combat et qu’elle a au-dessus de sa cheminée le scalp de Jean-Charles Naouri, et je vous mets au défi de me trouver plus de 3 personnes qui ont également le scalp de Jean-Charles Naouri au-dessus de leur cheminée.

J’avais choisi Sophie Vermeille, car elle n’a pas son pareil pour débusquer mensonges et embrouilles comptables et elle m’a aidé à approfondir ma compréhension du dossier Atos d’un point de vue financier, de même que je l’ai aidé à comprendre les métiers d’Atos. Or j’avais déjà trouvé un incalculable nombre de mensonges grossiers, tromperies comptables, il adviendra à un expert de déterminer si le mot fraude peut être utilisé, mais avec certitude tromperie et présentation fantaisiste des comptes en particulier la non-dépréciation de nombreux goodwills. Elle a attiré mon attention sur les recours masssif à l’affacturage simple et au reverse factoring qui fait que ayant brulé 1.2Md€ de cash à cause du reverse factoring, Atos a massivement affacturé au T4 pour masquer ces 1.2Md€ de cash brulé, et les intégrer en dette financière, portant la dette totale à 6Md€ et le cash à son plus bas niveau depuis 4 ans, 2.2Md€, là où Atos lui-même estimait que son niveau minimal était 2.8Md€

 

Et vous voudriez que je fasse des articles positifs au lieu de me remercier de vous donner tous les éléments pour vous faire comprendre que c’est FINI. Atos survivra je l’espère, mais seulement avec une restructuration de la dette. Tout personne prétendant le contraire serait soit une personne ignorante, soit une personne profondément incompétente.

Mustier et Saleh sont incompétents pour gérer une ESN et encore plus pour la sauver. Dans l’hypothèse la plus miraculeuse ils gagneraient 6 mois sur un destin déjà figé et un point de non-retour déjà atteint. Atos va connaitre le sort de Casino, c’est une certitude selon moi. Il n’existe même pas 0.1% de chance d’un scénario alternatif.

===

Dans son call d’une heure, le 19 février Paul Saleh donne à ses cadres des infos qu’il n’a pas données aux marchés. J’estime que compte tenu du nombre de présents (732 pour être précis) cette info ne pouvait pas rester confidentielle, mais qu’elle n’a pas pour autant été communiqué au marché. Quelle info ? La suivante :

Chaque année, voire tous les 6 mois, les CAC font des crash tests de Goodwill. Mais les données utilisées sont des business plans fournis par la direction. Donc Meunier a donné, très probablement, de fausses informations au marché et là où il aurait fallu déprécier 3Md€ de Goodwill en 2021, il a déprécié seulement 1.5Md€. Le reste est de la perte, qui nous amène presque à 3Md€ au total, mais sur ce total, seulement 1.5Md€ est de la dépréciation de Goodwill.

Ni Mustier ni Paul Saleh n’étaient au courant que Meunier avait autant triché sur les Goodwill. Que Paul Saleh mente à ses cadres sup, ça c’est entre lui et lui, c’est de l’éthique. Mais que Paul Saleh présente une compta asincère, pour ça Paul il est réglo et hors de question de garder dans la compta de faux Goodwill. Ecoutons le :

But the by the way, actually, one of the things I’m just teeing up with you because it’s already in the marketplace so that you understand it. That’s going to be another we end up we have a whole lot of goodwill on our company in our company with a lot of goodwill on our books, you know, because of the acquisitions that we have made over time, including Syntel and so many other, Bull and others. And as a result of that, we may have to impair that goodwill, meaning it’s just really it’s a this is the amount that usually that you pay over the value of a business when you buy it, if you pay a premium for it. And so given where the stock price is today, we may have to write it off. And again, it’s an accounting entry rather than economic really touching liquidity or anything like that. I mentioned that just just in case I you know, you hear something about it.

Je vous rappelle que depuis un an et demi le blog répète que la compta d’Atos est asincère en particulier à cause de la non-dépréciation du Goodwill Syntel, et Atos n’a jamais porté plainte en diffamation pour une raison simple, c’est que le blog a juste sur toute la ligne et que Paul Saleh précise puisqu’il le cite en n°1 que le Goodwill de Syntel est asincère puisqu’il va devoir le déprécier (ENFIN!!). Si la compta était sincère il n’y aurait pas à le déprécier. Car j’espère que vous reconnaitrez que ce n’est pas depuis son arrivée au 31 juillet que le Goodwill s’est déprécié ! 🙂

Qu’est un goodwill ? 

Prenons un exemple récent que vous connaissez tous. L’achat d’Impreva par Thalès pour 3.6Md$.

Est-ce que la valeur comptable de Impreva est de 3.6Md$ ? Non.

J’estime compte tenu des chiffres que j’ai lu, que la valeur comptable de Impreva est de 1Md€.

Mais Impreva a un logiciel, unique, une MOP de 20% et des grosses perspectives de croissance. Donc Thalès a accepté de significativement surpayer Impreva en pensant que sur le long terme 5 à 8 ans, cette surprime sera rentabilisée. Il a fait la même chose qu’a fait Thierry Breton avec Syntel fin 2018 en surpayant Syntel, sauf que Impreva a un logiciel unique et Syntel avait un simple savoir faire off-shore en Inde avec une main d’œuvre indoue qui a flambé depuis.

Donc dans son actif, Thalès va rentrer :

-1Md$ d’immobilisation incorporelles, la valeur comptable de la société basée sur ses actifs et en la comparatant avec d’autres société à CA comparable et marge comparable.

-2.6Md$ de « survaleur », qu’on appelle en anglais « Goodwill »

Le fond a qui Thalès a acheté Impreva avait déjà accepté de payer un Goodwill, car avait acheté Impreva 2.1Md€ il y a 2 ans. Donc on peut se dire que le fond avait a juste accepter de payer cette survaleur, car non seulement elle l’a récupéré à la vente, mais a fait une plus-value. On peut donc se dire que si Impreva continue la même trajectoire la présence de 2.6Md$ de Goodwill dans son bilan d’ici 5 ans sera justifiée.

A l’inverse, si Patrice Caine avait fait un mauvais pari, et que le CA de Impreva stagnait, la valeur de Impreva baisserait et dans ce cas-là, elle ne vaudrait plus 3.6Md$ et il faudrait la déprécier. Or lorsque l’on déprécie, bien évidemment, ce que l’on déprécie en premier est le Goodwill, la survaleur, car la réalité montre que l’actif ne vallait pas cette survaleur par rapport aux autres sociétés du marché.

C’est un exemple et nous souhaitons bien sûr prospérité à Thalès fleuron national, lui, bien géré. Même si pour être franc, si j’avais été membre du board, j’aurais voté contre tout prix supérieur à 2.6Md$ pour Impreva. Pour moi Thalès va mettre plutôt 10 ans pour récupérer cette survaleur, mais c’est une parenthèse.

Tous les ans, les Commissaires aux comptes doivent vérifier, pour les actifs ayant un Goodwill, que le Goodwill est toujours présent dans l’entreprise. Ca s’appelle un crash test de Goodwill.

Maintenant que vous avez compris le principe du Goodwill reprenons le cas Syntel qui me tient tant à coeur.

Syntel a été payé 2992M€ + 190M€ de reprise de dette, soit une valeur d’entreprise de presque 3.2Md€.

Au bilan, Monsieur Thierry Breton a passé 800M€ en immobilisations et 2400M€ en Goodwill. Thierry Breton estimait la survaleur justifié car la société faisait $960M et 25% de MOP. Manque de bol, entre les négo et la fin de l’exercice 2018 la société avec déjà perdu 1 point de MOP avec 24%.

Au 31/12/2021 Syntel ne faisait plus que $880M de CA et 20% de MOP. Donc Rodolphe Belmer a passé une dépréciation de Goodwill de 600M€, mais on ne sait pas si c’est pour Syntel car ce chiffre mentionne que c’est pour les USA, sans autre précision. Disons que sur les 600M€, 500M€ était pour Syntel.

Il reste donc dans le bilan 1900M€ de Goodwill + 800M€ d’immobilisation. Cela signifierait que Syntel vaut 2.7Md€.

Vous imaginez bien que si Syntel vallait 2.7Md€ elle aurait été vendue depuis longtemps car ça aurait réduit 50% de la dette d’Atos et on serait passé en dette nette positive !!

Aujourd’hui Syntel fait maximum $720M (hors STT) et une MOP autour de 17.5 à 18% (Je rappelle que 10% de Syntel a été vendu). On peut estimer la valeur à 2x le CA, malgré une MOP très honorable car le nom Atos, désormais accolé à Syntel (Atos-Syntel a diminué la notoriété de la marque aux USA et la société ne possède aucun logiciel comme Impreva ou TriZetto avec qui elle est en procès donc le logiciel FACETS est utilisé par un tiers des professions de santé.

Donc converti en euros, cela ferait dans une hypothèse optimiste une valeur de 1.4Md€ contre 2.7Md€ au bilan. Il faut donc déprécier 1.3Md€ de Goodwill QUE sur Syntel. La Cyber ayant flambé, Meunier a ajouté du Goodwill en 2020 et 2021, il faut aussi le retrancher puisque vous avez compris que la cession va se faire sur 1.5Md€ et non sur 2.7Md€ comme Meunier en rêvait. On peut donc imaginer qu’il faille déprécier 1Md€ sur Bull.

Sachez aussi que entre 2019 et 2021, Meunier-Girard ont acheté une trentaine de Start-up entre 30M€ et 250M€ dont certaines avec 80% de Goodwill. On peut donc imaginer que le Goodwill n’est plus présent sur au moins la moitié d’entre elles.

La dernière achetée en janvier 2022 pour 250M$, CloudReach n’a jamais été cité dans aucun call ni aucun rapport. On peut imaginer une dépréciation de $150M de Goodwill sans être taxé de démago.

Mon estimation de dépréciation de Goodwill est de 2.5Md€, donc ajouté à la perte d’exploitation, cela ferait une perte nette de plus de 3Md€, soit supérieure à 2021. Je n’exclue pas que l’on aille jusqu’à 3.5Md€ de perte nette.

Contrairement à ce que dit Paul dans son call, ça n’est pas une simple écriture comptable sans débours. Cette perte nette vient en dépréciation des fonds propres, or les fonds propres sont de 3.1Md€.

Or, on pourrait passer en capitaux propres négatifs, mais je pense que les dépréciations seront calculées pour que les fonds propres restent positifs.

Cela nous ramène sur le terrain de la vente de TFCo. La vente de TFCo entrainerait des capitaux propres négatifs vu qu’il y a une valeur d’entreprise négative et là ça pourrait faire basculer la note S&P rating à junk bond. Qui sait si le fait de ne plus vouloir vendre TFCo ne vient pas simplement de la volonté de garder les capitaux propres en territoire positif ??

 

=====

Restez automatiquement averti à chaque nouvel article du blog, au rythme maximal de 3 fois par semaine. Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER. Cliquez ici. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Nous utilisons un pluggin officiel WordPress agréé CNIL.

 

 

 

4 Comments on "PARTIE 1 : Pourquoi tant de haine contre Atos ? [Article-blog] + extrait call Paul Saleh"

  1. Saleh n’a fait que répéter ce qu’il a déjà écrit dans les communiqués de presse. Tout comme l’Udaac, les salariés n’ont eu AUCUNE info privilégiée, vous créez du buzz sur du vent.

    CP du 16/10/2023 :
    « Le test annuel de dépréciation des actifs (impairment test) que le Groupe effectue en fin d’exercice pourrait conduire cette année à la comptabilisation d’une dépréciation significative découlant, parmi d’autres facteurs, de l’opération actuellement envisagée portant sur Tech Foundations, ainsi que le prix de l’action d’Atos, s’il devait rester aux niveaux actuels. »

    • Monsieur le petit malin, il s’agissait là d’information très évasives, qui pouvaient laisser à penser à quelques centaines de millions d’euros. Saleh cite deux foyers très précis de dépréciation qui s’annoncent massif, Syntel et Bull. Sur ces deux seuls dossiers. Vous oublier de parler du lavage de cerveau en disant la même phrase que jean marie messier en 2002, c’est une simple écrite comptable, et omettez le fait que les capitaux propres vont être proches de zéro.
      En citant ces deux dossiers, ont sait que la dépréciation va dépasser 1.5Md€ ce que l’on ne savait pas du tout le 16/10.

    • Si c’est une information annodine, pourquoi met-il en garde ses gardes et leur demande de ne pas s’inquiéter. C’est forcément parce que de l’inquiétant va arriver. Vous faites partie donc des gourouifiés par Saleh. Je suis triste pour vous.

      Etre sous emprise est une situation malsaine.

  2. Merci pour votre travail de qualité. Je suis sorti (grâce à vous) à 4 € avec une perte énorme, et pourtant je ne le regrette pas.
    Le point important maintenant, c’est d’organiser les plaintes au pénal pour Meunier, Girard, Breton. Et pour cela, nous comptons sur vous !

Leave a comment